#1331

NYC 6

« You’re lying to me. Fuck, I can hear it in your voice, Christine. » (Greenwich Village, un jeune homme de type latino, penché sur un téléphone public)

Il y a quelques mois, j’avais travaillé avec des amis sur un assez long article d’histoire de l’art consacré à Reno, une peintre d’origine polonaise active surtout dans les années 1920-30. Ce qui établit la (brève) notoriété de Reno, ce furent les toiles et dessins réalisés lors de son séjour new-yorkais de 1924-26. En traversant le pont de Brooklyn, ce midi, je me faisais la réflexion qu’il ne restait pas grand-chose de ce New York-là. Il demeure de-ci de-là des publicités murales peintes, mais je n’y ai pas trouvé la marque « Murad » de tabac turc, très fréquente chez Reno. Et je n’ai vu que deux entrepôts anciens, en brique, côté Brooklyn, du type qui couvrait les rives du port de Brooklyn du temps où monsieur Hassenberg, le père de Reno, s’était installé sur cette rive. Pour le reste, le quartier de Brooklyn Heights possède un cachet chic et cosy, tout de rues ombragées par le feuillage léger des acacias, de façades en bois et de brownstones au perron comme moulé dans du chocolat.

Traverser le pont, c’est avancer sur un plancher de bois agréablement souple sous le pas, avec l’impression que le maillage des câbles enserrent les piétons dans une nasse, à moins que nous ne soyons chacun une note sur la portée d’un Brooklyn boogie couvert par le rugissement des engins atomobiles, de chaque côté. La pointe de Manhattan présente la muraille serrée des grattes-ciel de Wall Street, comme une dentition de joyaux sombres et brillants, que domine tout de même la blanche stature du Woolworth Building, aux allures de très digne vieille dame. Sur l’autre bord du panorama, le paysage se fait moins dense, plus classiquement urbain, avec ici et là les pointes aigues de l’Empire State, du Chrysler, du CityCorp et l’étroite barre noire d’une des Trump. La ville brille sous le soleil hivernal, longue et acérée.

4 réflexions sur « #1331 »

  1. André,

    Faisant partie du groupes des « amis » dont tu parles, je peux te dire que la grande huile que j’ai sous les yeux, et qui représente Manhattan vu du pont de Brooklyn porte la signature « Reno 1925 » !
    Quelle chance tu as et, comme le dit l’anonyme, « quel régal » de te lire !

    Giangi

  2. NYC- 6… » still time and never change his mind »…or hers.
    But they have.
    And there's the  » rub ».
    And if it hadn't been for big mouths like
    RUSH- TRUMP- ROVE- JAGGER- CROW-
    just maybe the  » gig » could have hung on…but drug addicts being drug addicts and egos  » galore » , you can't ever keep
     » Hollywood » quiet…especially with TARANTINO – DASSAULT.
    And that Mr. COMSTUL was way outta control from the
     » get- go »…andhe always got medals for it , from CALIZ- the QUEEN!
    But, like all fairy tales and FEREESE, NYC 6….NYBODIA MEL….YONLINGO 77….LOLITA CUM ….Well, they went DIRTY GUY.
    And so it came to be, that the WINGU was not
    PETER PAN at all…but DELL…with GERRIZZO.
    And RICK'S SETAIN flew it from the depths of CAPESSIN
    RIO…and REDPATH – that LADY RED 50…she opened the
    DOOR!
    And from there there was no return,you see.
    CK doesn't allow that hat to come back.
    BKOUT!
    FLAKSTE is extremely busy and so is MOSCONST.
    And that AUCARK was really , really , PRICROV.
    Never mess with this  » BLACK PLANET ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *