#1368

London jan 08 / 1

« Une ville, c’est un troupeau de toits et d’âmes et de voix humaines enmêlées dans une rumeur », écrit Hervé Le Corre. Mais que dire de cette ville-là, Londres, pour la définir, alors que je ne cesse d’y revenir, ne la considérant presque plus comme un espace géographique mais à la fois comme un fuel de mon moteur interne et comme une entitié culturelle à la fascination ambiguë.

Moteur interne? C’est qu’après deux sans mettre les pieds au bord de la Tamise, l’état de manque se faisait pressant. Il doit y avoir dans l’atmosphère londonienne quelque molécule nécessaire à mon fonctionnement, dont la seule évocation littéraire ou filmique ne me suffit pas toujours.

Ambiguïté? Eh bien, alors que Naboléon transforme la présidence en télé-réalité pour que l’on n’aille pas trop s’interroger sur la thatchérisation qu’il opère sur la société française, je n’éprouve guère qu’effroi en observant le supposé « modèle » économique anglais. Hier soir, allant me promener dans South Kensington après le dîner, j’eu envie de localiser un hôtel où j’avais séjourné quelques années plus tôt. Et si je l’ai aisément retrouvé, c’est grâce à… un supermarché Safeways, situé à peu d’encablures de son adresse… et qui était toujours ouvert, à près de 11h du soir! Comme se l’exclama mon amie Mireille ce soir, en passant daevant tant de boutiques encore en activité vers 9h: « Mais quand rentrent-ils chez eux, ils n’ont pas de vie? ». Bonne question. Mais peuvent-ils payer un loyer, ces petits employés de commerce? Ou bien font-ils quelques heures de trajet en plus, pour regagner leurs pénates? Comment vit-on à Londres, où tout est devenu monstrueusement hors de prix, si l’on n’est pas riche? Flexisécurité, my ass.

C’est cette société-là, à laquelle travaillent Naboléon et ses sbires, l’hyper richesse d’un côté, et les travailleurs pauvres de l’autre, un fossé qui ne cesse de s’élargir. Et ce « modèle », je le pressens plus terrible encore une fois appliqué à la France, où réserve et courtoisie anglaises ne joueront pas le rôle de modérateur quotidien. Pas de « common decency » dans la culture française. Il n’est que de comparer le niveau de service en Angleterre (du personnel partout dans les gares et les stations de métro, par exemple) et en France (et ne parlons pas de la tradition franchouillarde du serveur arrogant et désagréable, ou de la vendeuse boudeuse et de mauvaise volonté).

7 réflexions sur « #1368 »

  1. j’ai effacé mes commentaires, ils étaient fournis et agacés, ça n’en vaut pas la peine… juste, s’il-te-plaît, ne raconte pas n’importe quoi au sujet du libéralisme. Tu n’en connais que les clichés abominables véhiculés par une gauche française qui n’a pas fait son deuil du marxisme. Et par pitié, ne dis pas une fois de plus que je déraille…

    pour approfondir ta connaissance du libéralisme, je t’invite à lire Frédéric Bastiat, l’un de ses pères:

    http://bastiat.org/fr/guillaumin.html

    c’est plaisant à lire, en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *