#1468

Rituel: un petit tour de mes lectures de ces derniers mois…

– Beaucoup de Jasper Fforde, comme j’en ai déjà parlé ici. J’avais lu naguère le premier tome pour un éditeur français, et c’est avec délice que j’ai redécouvert cette oeuvre étonnante et tordue, avec Lost in a Good Book et The Well of Lost Plots. Me reste à lire le quatrième — et le cinquième ne tardera pas à arrver, si les mannes postales le daignent. De manière, amusante, le 3e tome se termine avec le sauvegarde par l’héroïne, Thursday Next, d’un roman raté et demeuré inédit — et le roman suivant de Jasper Fforde est ni plus ni moins que cet ouvrage. Un polar se déroulant à Reading, dans un univers où les personnages des contes de fées vivent au sein de la population. L’enquête présentée là concerne le décès suspect d’Humpty Dumpty tombé d’un mur… Moins profond que le cycle de Thursday Next, The Big Over Easy est un petit polar parodique fort astucieux relève plutôt d’une sorte de figuration populaire, par comparaison à l’espèce d’abstraction narrative du cycle principal.

– En rapport également à la fiction populaire, les romans de Mark Gatiss sont des extraits de l’autobiographie d’un agent secret anglais ô combien décadent, Lucifer Box. The Vesuvius Club se déroule à la fin du XIXe siècle, tandis que The Devil in Amber retrouve le dandy à l’époque édouardienne. De manière réjouissante, s’il s’agit de parodies d’une certaine littérature d’espionnage ancienne, pleine de savants fous et de vastes complots, le style n’a rien de négligé, non plus qu’un certain réalisme (Lucifer Box gouaille et persiffle, mais vieillit et souffre). Mark Gatiss, acteur et scénariste anglais (notamment chez Doctor Who), se place aux côtés de Stephen Fry ou de Simon Callow dans la lignée de ces formidables écrivains/acteurs gays, et ne lésine pas sur la peinture de la bisexualité de son protagoniste. C’est politiquement incorrect, un peu provo, très drôle et assez grinçant — absolument réjouissant.

– Venant de lire (avec émerveillement) le manuscrit d’Ugo Bellagamba intitulé Tancrède, j’ai relu au retour de chez mes parents un roman mettant en scène un tout autre Tancrède: Le Guépard de Lampedusa. Lenteur et majesté, un grand, très grand, classique auquel je reviens régulièrement ; un roman exemplaire.

– Plus classique encore, datant de 1871: les Notes sur l’Angleterre d’Hippolyte Taine. J’ai déjà exprimé ici mon admiration pour ces ntes de voyages, d’uun style aussi admirable que les observations sur le vif sont saisissantes. De fait, j’en suis tellement séduit que je vais rééditer dans mes prochaines Nombreuses morts de Jack l’Eventreur une partie du premier chapitre du tome I, totalement pertinente dans son évocation des docks, de l’East End et du climat pesant de Londres.

– Lectures légères: trois romans « régence » de Georgette Heyer, une écrivaine anglaise des années 50 qui s’était spécialisée dans la rédaction de romans « à la Jane Austen », très documentés et fort amusants, créant ainsi une branche neuve de la littérature populaire, un mélange de roman sentimental, d’aventure, parfois d’un peu de policier, et d’historique, que l’on nomme simplement le Regency Romance.

– J’en oublie certainement plein d’autres… En dernier, fini Les Falsificateurs d’Antoine Bello, qu’une copine libraire m’avait recommandé. Les prémices sont aussi amusants qu’intrigants (une multinationale secrète qui falsifie faits et événements), le niveau de complexité ne dépasse pas celui d’un bon vieux Langelot en Bibliothèque verte, le roman est un peu long… mais c’est néanmoins très agréable, bien mené et assurément original. L’auteur saurait-il vraiment écrire (son style est seulement correct) qu’il aurait frôlé le chef-d’oeuvre. À défaut, c’est là de l’excellente littérature populaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *