#1469

« If the real world were a book, it would never find a publisher. Over-long, detailed to the point of distraction — and ultimately without a major resolution. » (Jasper Fforde)

En même temps, cela résume assez bien mon sentiment sur Vellum d’Hal Duncan, roman de fantasy qui déchaîne en ce moment l’enthousiasme des fans… J’ai trouvé ça ponctué de très belles scènes (jamais développées), de très belles images assez frappantes — mais totalement vain, terriblement répétitif, un peu prétentieux, d’une fausse complication ne cachant finalement que des lieux communs mytho-poétiques hérités entre autres de Moorcock, Zelazny ou De Lint, et alors vraiment troooop long, au point que ça m’est tombé des mains finalement… C’est très beau, si si, mais franchement esbrouffe.

14 réflexions sur « #1469 »

  1. Je confirme.
    Et très mode, avec ces beaux anges en costume Armani ; Metraton et ses dreadlocks, sa veste en cuir et son palm.
    C’est Highlander de Gregory Widen, ou pire son The Prophecy (titré naguère God’s Army).

  2. et le prof X a toutafé raison (toujours!). c’est de l’esbrouffe intellectuelle, c’est clinquant, surfait, c’est du Neil Gaiman en petite forme. et au bout d’un moment je me suis ennuyé, au point de refermer le bouquin pour ne plus le rouvrir.

  3. Je crois que nous venons de franchir le Fossé Générationnel.

    Je veux dire: que les personnages soient dans la sape, sérieusement, on s'en branle un peu, non?
    Perso, ça me fait un peu de vacances de voir des personnages ne pas sortir une montre de gousset ou épousseter leur haut de forme.

    D'ailleurs, ce n'est pas un Palm que trimballe Metatron, mais un Blackberry. C'est tout de suite beaucoup plus marketing.

    Shinjiku > regarde-moi dans les yeux (oui, je sais, ça demande un effort d'imagination) et ose me dire que tu ne vas pas l'acheter (ou le prendre) (ou l'emprunter) (ou te le faire offrir).

  4. Des Anges se torchent pour s’emparer du pouvoir des cieux, notamment en mettant la main sur le Lexicon, le livre du réel.

    Ouias, Daylon, c’est « achement jeune et moderne, saud que c’est la série des nazeries de Gregory Widen.

    Ah, et c’est bien un palm relié cuir.

  5. Blackberry : non, tu confonds avec Huckleberry p. 121, mais c’est le surnom de Finnan (cf. Mark Twain), mais tu as des excuses, c’est un livre de vieux, selon tes critères de pas si jeune que ça.
    Sinon, p.129 notamment : palm.

  6. … Donne moi 5 jours, que je retrouve le bouquin. Je peux me tromper mais de mémoire, en vo, l'auteur précise bien un blackberry. De mémoire.
    http://www.blackberry.com/

    Et puis, il ne faut pas bouder comme ça: le traitement est moderne, c'tout.

    Pour l'anecdote, c'est la première fois que je lis un bouquin érudit qui me donne envie de lire ses références. Duncan ne prend pas ses lecteurs de haut et ça change un peu, pour les demeurés dans mon genre qui se débrouillent comme ils peuvent avec 2 pauvres neurones.

    _____________________

    Fabrice > Hum, le jour où je nagerais dans des piscines de coke, je t'offrirais tous les bouquins que tu veux. Promis. Mais en attendant je dois trouver des solutions de repli.
    … Tu me paies une bière et je te *prête* les deux machins en vo.
    Deal?

  7. Shinjiku, je vais en faire re-hurler plus d’un, mais tant qu’à faire dépenser des sous, pour moi vaut mieux acheter l’énorme recueil de Delany et le non moins énorme recueil de Coney chez Bragelonne (eh oui…), là, en ce moment. Le Hal Duncan, disons que ça me fait beaucoup penser aux comics de chez Vertigo, mais en prose. un peu l’équivalent fantasy de ce que fit Dan Simmons avec Hyperion.

  8. Ou alors j’arrête de me faire chier avec la littérature et je me prends le dernier Marc Levy. Mais tu te rends compte si jamais j’aime ça ? C’est l’effondrement de toute une vie !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *