#1753

Hier soir, concert classique à l’auditorium. Pas dans mes habitudes mais j’étais invité par mon camarade Fabrice Méreste. Enfin, quand je dis classique… En réalité, du contemporain (Olivier Messiaen) et du moderne (Gustav Malher). Première fois que je voyais un concert avec grand orchestre, l’expérience était très intéressante et agréable — fascinante, même. Quoique j’ai nettement préférée l’oeuvre de Messiaen (« Concert à quatre », datant de 1991), et en particulier son deuxième mouvement, « Vocalise », sobre, tendue, pleine de sons surprenants, à la « Symphonie n°6 » de Malher (1903-07), toute emmitouflée de violons — l’Andante moderato était très beau, mais j’ai trouvé assez pesant le Finale (Allegro moderato), trop tonitruant pour mon oreille inexperte.

1 réflexion sur « #1753 »

  1. Je crois qu'il y a prescription sur l'étiquette « moderne » de Mahler. Ça fait un siècle, maintenant. C'est du classique, voilà tout.

    Messiaen, oui, à part ses fixettes mystiques extatiques qui confinent à la niaiserie (« Vingt regards sur l'enfant Jésus » — j'attendais le 21ème: « regard de Tante Adèle en visite: agueubouzou, qu'il est meugnon le tibout'chou!« ), c'est pas désagréable. Je crois que je préfère quand même Dutilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *