#1834

Oh, les jours se suivent sans se ressembler — je dois même être un peu schizo, à force. Genre, une journée à boucler des maquettes, une autre à brasser contrats, tableaux et paperasseries diverses, puis une à écrire de la fantasy (un roman jeunesse pour Plon et un livre-jeu avec Colin pour Hachette), puis une autre à travailler avec un auteur sur son bouquin à propos du polar provençal, une journée à lire/annoter la moitié d’icelui, une journée à m’enfouir dans les replis de la compta avec le gérant et le nouveau comptable des Moutons… (éprouvante, cette dernière) Et puis niveau lectures, fini tout le cycle des « Futurs mystères de Paris » de l’ami Wagner, un long morceau de jubilation, et là j’oscille entre un pavé d’architecture de chez Phaedon acheté il y a un bail et un thriller d’Ayerdhal acheté ma foi aussi y’a un bail. Pour ce dernier, étant tombé dans un entretien d’Ayerdhal (un long inédit à sortir dans Voix du futur) sur le moment où il dit que Transparences était plus ou moins né d’une scène de Wagner, une unique image qui avait donné naissance à tout le roman, je me suis dit qu’il était grand temps que je lise ledit roman. D’autant que l’auteur vient d’en rendre la suite. Pas déçu du voyage: je n’en suis pas encore loin, mais cette prose… Un style, un ton, tout en mouvements fluides, ça file, c’est superbe, avec un début de pure poésie en prose, épaté je suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *