#1916

Alors que je faisais le constat que je ne sortais pas assez de chez moi, quand je suis à Lyon, et qu’il me fallait aller me promener plus souvent, mon ami Olivier décidait de son côté de nous devions… nous promener. Eh bien soit, ce fut fait aujourd’hui. Avec une balade par ses soins imaginée qui nous fit grimper dans St Just (village perché sur l’une des collines lyonnaises), continuer jusqu’à Ste Foy puis La Mulatière, et revenir par le quai Rousseau enfin rendu aux piétons car le coteau, de longue date retombé en friche, menace de s’effondrer: la sacro-sainte circulation automobile n’est plus possible… Ensuite, après halte frites vers Perrache, nous traversâmes l’atroce échangeur seventies de ce bon Pradel (un maire mégalo qui constella l’agglomération du pire des lubies pompidoliennes), pour rejoindre la zone en travaux dite de la « Confluence ». C’est-à-dire l’extrémité de la presqu’île lyonnaise, longtemps laissée à l’état de friche post-industrielle et que l’on redéveloppe maintenant, malgré le handicap des emprises ferroviaires, afin de la transformer en quartier chic et branché. Mondialisation oblige, on se croirait donc tout aussi bien à Brooklyn, ou bien à Londres, à moins qu’il ne s’agisse de Liverpool ou de Nantes? Mais c’est beau, cette architecture réellement contemporaine, ce début de canal nouveau, ces passerelles, et surtout: ce quai mêlant vieux rails, portiques industriels et nouveaux bâtiments aux lignes singulières. Ça m’a également rappelé le réaménagement des quais à Bordeaux. Enfin quoi, c’est bien, il y a là un peu d’ambition — alors qu’en face, côté Rhône, le quartier neuf de Gerland, autrement plus vaste, fut victime de la courte vue de la municipalité Barre et de sa médiocrité intellectuelle. Gerland est une laide zone d’immeubles sans goût ni vie, de cette prétendue « architecture » commerciale des constructeurs de « quartiers résidentiels » comme on nous en pourri tout le paysage urbain. Tandis que la Confluence émerge comme une belle zone d’ambition urbanistique.

Les deux rives: le passé châtelain abandonné… (avec un nouveau concept: la voiture plate)

.. et la nouvelle confluence, en construction.

Le nouveau quai…

… et le gruyère psychédélique du plus audacieux des nouveaux bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *