#1918

Amusant passage dans une nouvelle de Sexton Blake datant de 1917 (c’est-à-dire, donc, dans une littérature très populaire, Sexton Blake étant une sorte de Sherlock Holmes produit en masse, dans des textes hâtivement rédigés et emplis d’une naïveté enthousiaste). N’étant plus à une incohérence narrative près, l’auteur nous délivre soudain sa vision de la vie parisienne et intervient à la première personne… « And the first flush of dawn was tingeing the sky as they rolled into the Gare du Nord, and a horde of chattering porters and officials swept down upon them. Paris in the early dawn is a Paris rubbing its eyes drowsily and going to bed, wherehas in London that is the hour when the city awakes and the wheels of labour are set in motion. No one ever seems to work in Paris – at least, you apparently see no signs of toil. I don’t know whether it is because the industrial quarters are securely hidden away, or whether it is that the Parisian takes such a cheery pleasure in his work that it is not recognisable in that guise. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *