#1931

Lecture du Voleur de Georges Darien. Dieu que c’est chiant. Enfin, il y a des demi-pages où il se passe quelque chose et dans ces cas-là c’est amusant, comme une version sombre de Lupin, mais il faut entre-temps se taper trois pages et demi de vociférations cyniques et enflammées sur la méchante société et les méchants riches. Quite tedious. Tant la préface d’Andre Breton que l’intro de l’éditeur prennent la peine de nous expliquer que ce roman ne s’est pas vendu. Eh bien, eh bien, comme c’est étonnant.

4 réflexions sur « #1931 »

  1. Ça ne s'est pas vendu à l'époque de sa sortie, peut-être, mais je me souviens que fin 70 début 80 du XXème siècle 🙂 c'était à la mode, édité en poche chez 10/18 et qu'un film avec Jean-Paul Belmondo en a été tiré à ce moment là. Je crois avoir bien aimé le film, le roman nettement moins, je ne l'ai jamais fini d'ailleurs.

  2. Je me souviens de la phrase citation du film « Je fais un sale métier, c'est vrai. Mais j'ai une excuse: je le fais salement » et de rien d'autre. Je ne sais même plus si je l'ai vu en entier, en fait. ^_________^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *