#1962

Comme d’habitude dans ces cas-là je m’émerveille des techniques modernes et m’interroge sur l’impact écologique de notre mode de vie…

Me voici dans une chambre d’hôtel à Lisbonne, il fait très doux, les arbres portent encore leurs feuilles, j’ai vu des rues aux trottoirs de blancs pavés et des façades superbement couverte d’azulejos (carreaux décorés)… Je sens que mon cadeau de Noël (ce séjour de trois jours à Lisbonne) va me plaire…

Doux sentiment d’aliénation, de perte des repères. Arriver de nuit dans une ville qui m’est tout à fait inconnue, prendre pour la première fois son poul, tout est neuf, étranger, identique et tellement différent. Comme l’écrivait Jonathan Raban en 1974: « For at moments like this, the city goes soft, it awaits the imprint of an identity. For better or worse, it invites you to remake it, to consolidate it into a shape you can live in. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *