#2011

Vu hier soir Le Château des cœurs de Flaubert, sa pièce quasiment jamais jouée. C’est à l’ENS Lyon, pour trois soirs, et c’est incroyablement gonflé, mégalo, drôle et décalé. Texte injouable tellement il est long, impossible à mettre en scène tellement ses didascalies proposent d’éléments irréalistes, il s’agit d’une « féerie », genre en vogue lorsque Flaubert s’en enticha et décida d’en écrire une. Le tout sonnait hier soir un peu comme du Flaubert monté par les Robin des Bois, maladresses voulues et maladresses inopinée pareillement assumées, le tout plein d’imagination, de trouvailles astucieuses, et d’ambitions étonnantes (les chants, la musique…). Et puis, avec de vrais passages flaubertiens comme on les aime: des râleries et des railleries de ce cher Gustave, impertinent, anti-conformiste, de nos jours on dirait « non politiquement correct ». Je redoutais de m’ennuyer et me suis en définitive bien amusé.

Les Moutons électriques envisageaient fut un temps d’en publier une édition commentée ; notre cher Patrice avait même essayé de nous persuader de le faire mettre en scène. Voir donc Le Château des cœurs en vrai fut une réelle joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *