#2072

Arsène Lupin, une vie – work in progress.

(…) Existences mondaines, grandes réceptions, spectacles, ces messieurs sont en habit noir et plastron blanc, tandis que l’astucieux Poiret a libéré ces dames. On reçoit notamment « le prince Sernine, un des membres les plus brillants de la colonie russe à Paris », qui vit dans « un rez-de-chaussée, au coin du boulevard Haussmann et de la rue de Courcelles » . Il est vrai que Serge de Diaghilev a mis les Russes à la mode.
L’identité a changé, pas le style de vie : devenu russe plutôt que périgourdin, Lupin n’en poursuit pas moins la vie en dichotomie de l’époque d’Avenac : le nom du prince Sernine revient à chaque instant dans les « Déplacements et Villégiatures » des revues, tandis que le rugueux et jaunâtre Lenormand mène la Sûreté à la baguette.
Question d’identité, encore : Paul Sernine, le prince russe, et Serge Rénine, le prince français, habitaient-ils à la même adresse ? (Hortense Daniel écrit à Rénine « boulevard Haussmann ») On est en droit de se demander si Leblanc n’a pas forgé ce nom de Rénine seulement pour conter les Huit coups de l’horloge — puisque Lupin eut la facétie de ne pas s’attribuer ces aventures-là. Lupin ne se présentait-il pas tout simplement à Hortense Daniel sous le nom de Sernine ? Enfin qu’importe, dans tous ces patronymes l’on s’y perd, et c’est bien ce que voulait Lupin. Lui-même à l’époque semblait vouloir se perdre, se noyer dans ses nouvelles peaux, pour mieux laisser derrière lui la douleur de la mort de Raymonde. (…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *