#2204

Je lis aussi (merci Julie) Promenades anglaises de Christine Jordis, beau recueil en bonne part psychogéographique et en tout cas géographico-littéraire. Oh, que de la bonne vieille « culture officielle », bien sûr, rien que du sage et du fermement reconnu, mais l’auteur en parle superbement.

Contre la conviction d’être damné, contre la sensation de glisser dans la folie et l’obsession du suicide, De Quincey avait trouvé un remède : la marche. Peut-être est-ce aussi la continuité de la marche, un pas enchaîné à un autre, de façon sûre, inévitable, lorsque cet exercice est poussé jusqu’à l’automatisme et que le corps prend le relais de l’esprit, peut-être est-ce ce mouvement pur qu’il faut entendre passer dans ses textes. J’aime à me représenter De Quincey, étudiant évadé, philosophe de la rue marchant dans Londres indéfiniment et « méditant sans cesse à travers le tourbillon de la grande cité ».

2 réflexions sur « #2204 »

  1. Mais de rien ! J'ai fini il y a quelques jours un essai qui pourrait vous amuser, « trois excentriques anglais » de Lucien d'Azay (Les Belles Lettres), un petit concentré d'excentricité anglaise lue à travers Thomas Lovell Beddoes, John Gray et Aleister Crowley.

    Petite pensée d'une anglophile à un autre…

  2. Lu aussi, ces derniers jours, la petite friandise qu'est « le mystère Sherlock Holmes », de JM Erre (Buchet Chastel)… qui vous cite en tête d'ouvrage, d'ailleurs. A lire, bien sûr, si vous ne l'aviez pas déjà « repéré » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *