#2334

 

« Il faudra prendre conscience un jour, et vraisemblablement ce jour est-il proche, de ce qui manque avant tout à nos grandes villes : des lieux calmes et vastes, d’amples dimensions où méditer […] des édifices et des jardins qui expriment comme un tout la sublimité de la réflexion et du cheminement à l’écart. » (Nietzsche, Le Gai savoir, 1882)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *