#2410

Ces derniers temps, pour des raisons que j’expliquerai peut-être un jour sur cette page, ou pas, je réfléchis beaucoup en termes de maisons, de logis, d’endroits à vivre et d’endroits où travailler. Et d’étapes, également. Pour moi ce blog, c’est comme une maison aimée mais peu fréquentée pour le moment, une résidence secondaire. De temps en temps il me faut y venir ouvrir les fenêtres, aérer un peu tout ça (effacer les masses de commentaires indésirables), et chaque fois je m’y sens bien, j’aime y revenir. Mais il y a un temps pour tout et ces mois-ci ne sont pas le temps du blog, apparemment. Rien de grave, bien au contraire, j’ai plutôt un sentiment de légèreté, de tranquillité, où la petite douleur lancinante de la solitude ne me « tire » que le soir, mais dans l’ensemble je me sens plutôt en accord avec moi-même. Ah, comment mon amie Christine m’a-t-elle définie cela l’autre jour, elle a eu une jolie formule ? Oui, voilà : une « fatigue guillerette de bon aloi ». Plutôt réconcilié avec mon propre corps, aussi, que l’âge fait considérablement changer. Il est un peu plus de minuit et dans la nuit au dehors bat légèrement une fine pluie. J’entends aussi, tout aussi légèrement, un souffle de vent et à l’instant le woush du passage d’une auto. Je lis énormément (rien de nouveau à cela), je regarde des tas de documentaires architecturaux (la longue série Grand Designs de Kevin McCloud), et le jour je travaille. Une entrée ici ou là pour le troisième Dico féerique, pas mal d’articles en retard, des relectures, la gestion quotidienne, quelques visites du graphiste Sébastien. Une vie calme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *