#2433

Un faible choc, un autre, dont le son tombe au sein de la rumeur de la pluie, comme si quelque oiseau avait heurté les tuiles du toit. Je monte à l’étage, ne vois ni n’entends rien bien entendu. Assis de nouveau dans le coin du canapé, un autre son inconnu me fait relever la tête de ma lecture : un froissement, quelque chose bruissant du côté de la cuisine. Sans allumer je me glisse vers la porte-fenêtre, espérant surprendre peut-être un chat en visite. Quelques cartons entassés à plat sur la terrasse ont glissé, le vent ? Mais non, le bruissement est au-dessus de la buanderie, je pense tout d’abord à des pigeons mais enfin les oiseaux dorment la nuit, me semble-t-il, alors une chouette ? Ce serait beau et plaisant mais parions plutôt sur un quelconque félin du voisinage. Fuite furtive d’un chat en maraude, ou bien en promenade de santé ? Le vent se lève à nouveau qui couvre son passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *