#2471

Regardé les trois premier épisodes de la nouvelle série Penny Dreadful, c’est chouette, mais beaucoup trop sombre pour ce qui est de la photographie — ça cache bien les défauts j’imagine, mais la plupart du temps ç’en est au point qu’on ne distingue pas grand-chose sur l’écran. A part ça, ça débute bien, certes il y a les obligatoires vampires, mais tout cela joue avec une mythologie du même type que les premiers Ligue des Gentlemen Extraordinaires d’Alan Moore, donc je ne peux qu’apprécier. Justement ces jours-ci je lis du Harry Dickson, en vue d’un article, et l’ambiance fantastique est assez comparable.

Il y avais plusieurs mois que je n’avais plus regardé de séries télé — j’ai regardé le premier épisode de Death Comes at Pemberley, il faudra que je vois la suite, mais en dehors de cela, de la comédie Blandings et de quelques remarquables Doctor Who, je n’ai plus trop regardé les séries. Il faudra que je me remette à Shetland, par exemple. Non, durant ces mois de travail intense et de déménagement (eh, déjà plus de quatre mois que j’ai délicieusement changé de pénates !), sur l’écran je n’ai regardé que des documentaires, et en particulier les Grand Designs, série anglaise puis australienne sur des projets de construction individuelle — des gens qui construisent des maisons, quoi. J’adore. Sinon j’ai lu, je lis, je relis, je dévore des livres, ça va ça vient chez moi, cette oscillation entre des périodes où mes soirées sont rivées à l’écran et d’autres où je ne décolle guère du papier ou de la liseuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *