#2278

Dormir par cette chaleur, avec dans les 26° dans ma chambre sous le toit le soir quand je monte me coucher, c’est bien sûr peu idéal, en particulier parce que cette chaleur nocturne me provoque des cauchemars. Avant-hier j’en avais fait un si long et si construit que même sous la douche, au matin, j’eus du mal a m’en débarrasser. Le problème, c’est que j’ai bien une « chambre d’été », à savoir la petite chambre d’appoint qui est au niveau de la cave — la température actuellement y reste stable à 23°. Mais je suis claustro et n’aime pas trop dormir là, en dépit du fait qu’il y ait quand même une fenêtre au ras du trottoir. Hier soir je me suis donc amusé à tenter une autre option, à laquelle je pensais depuis un petit moment. L’option Roger Deakin, l’ai-je appelée.

Regarder le tumulte des nuages allongé dans son lit puis, un peu plus tard, remettre ses lunettes pour admirer les quelques étoiles qui percent la pollution lumineuse urbaine, de plus en plus profuses et lumineuses. Contempler les branches que secoue le vent nocturne et écouter leur rumeur. Goûter la caresse de l’air…

Bref, j’ai dormi à la belle étoile. Et ce fut extrêmement agréable. Ayant placé le matelas d’appoint sur la partie terrasse, contre la porte du salon, ainsi ai-je profité pleinement d’une nuit fraîche et douce. Sans plus de moustiques qu’à l’intérieur, ma foi. Une nouvelle dimension de cette maison. Je vais recommencer!

(Roger Deakin était un formidable auteur de « nature writing » anglais, qui avait l’habitude de dormir à la belle étoile)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *