#2576

Qu’ai-je vu ? Des lapins dans le sous-bois. Des chèvres des Pyrénées à la longue barbe blanche. Des dindes noirs du Gers au front couvert de verrues écarlates. De grands arbres aux frondaisons torves. Des chemins blancs. La dureté du gravier et la douceur des sentiers. Quelques canards. Le vert tendre des jeunes chênes et le vert-de-gris des sapins. L’unique fleur blanche géante d’un magnolia couvert de grenades couleur d’anis. Les roucoulements des pigeons, le crissement des feuilles mortes bousculées sur l’asphalte, les rires d’un canard et les gloussements d’un coq. De grises nuées qui s’amoncellaient au-dessus des cimes. Peu de gens, quelle aubaine.

(qq heures au Parc bordelais)

#2572

Des sons, les éléments du « silence » d’un dimanche d’août : le croassement grave et régulier d’un corbeau ; les pépiements légers de quelques moineaux ; le grondement passager d’un train ; des bourdonnements d’insectes, tournoyants ; le frémissement des feuilles ; au loin, une sirène d’ambulance ; les gloussements sots d’un coq, dans le poulailler voisin ; la respiration sifflante de la grosse chatte qui dort près de moi, étendue sur la pierre fraîche ; un clocher qui sonne beau ; parfois une rumeur automobile.

#2570

Exotismes minuscules. Devant la gare, un moine bouddhiste, l’air songeur dans sa toge orange. Dans le tram bondé, une petite fille basanée évoque le gâteau à la crème mangé par son copain prénommé Stuart. À la brocante, un grand héron en plastique toise de haut un Napoléon chevauchant sa monture rouillée. Accroupi, un petit monsieur asiatique fouille dans un bac de LP marqué « afro-disco ». Dans la basilique, les cierges scintillent au pied des hautes colonnes grises mais l’air sent le renfermé, le moisi, et je tousse. Sous la flèche, un noir à chapeau brandit une hallebarde devant des touristes blancs et ridés. À l’orgue de barbarie, le chanteur de rues livre une strophe oubliée d’ « Une souris verte ». Plus loin, les musiciens arabes jouent du bouzouki et de l’accordéon. Mélanges, mélanges. Et penser à Roland.

#2567

Je marche beaucoup, en ce moment. Trois petites sorties rien qu’aujourd’hui, pour essayer de m’éclaircir la tête. Jamais loin, le quartier, le boulevard,les barrières, la gare, Nansouty… Le meilleur moment : l’heure entre chien et loup, lorsque l’éclat déclinant du ciel lutte avec les alignements oranges de l’éclairage municipal, que le visage blond des maisons se maquille de frais, que les grillons commencent à crisser dans l’échancrure ferroviaire, que les squares clos s’envahissent d’ombre, que les vélos passent en un souffle et les voitures en une ribambelle de lumignons. L’été m’est toujours plus difficile, besoin de marcher pour relâcher un peu de la pression de la solitude, et les crises d’angoisse qui vont avec. Cueillies quelques graines de rose trémière, dans l’espoir chaque fois déçu qu’un jour, l’une ait le caprice de pousser dans mon jardin plutôt que sur les trottoirs. Récolté aussi pas mal de pourpier, afin de le replanter dans un bac — des provisions pour futures salades.

#2532

Retour du marché du mercredi, ce pays de vieux Français à moustache, au poil blanc et à l’accent frisé. Plaisir de l’achat en plein air, où chaque nom est un goût ou une couleur : tomates, aillet, champignons, greuil, langres, cheddar fumé, sainte-maure, gaperon, phlox, lobelia, ancolie, marmandes…