#2363

Outre quelques manuscrits, qu’ai-je lu ces dernières semaines? Bien moins de livres que d’habitude, du fait d’un emploi du temps chargé et bousculé par différents salons, qui occupent et qui fatiguent… Mais tout de même : The Spirit Murder Mystery de Robin Forsythe, une réédition de polar Golden Age comme il s’en fait de plus en plus outre-Manche, encore un auteur que je ne connaissais pas. Amusant, astucieux, ma cervelle a besoin de manière régulière de ce style de gentils puzzles anglais. Trouvé dans une « boîte à lire », du faux polar historique, genre que je n’apprécie que peu en général, ne goûtant guère l’aspect carton pâte de la plupart de ces productions actuelles. Une reliure d’Emily Brightwell sur son personnage de Mrs. Jeffries, j’ai lu le premier, The Inspector and Mrs. Jeffries. C’est comme d’hab ces polar « cosy », à savoir du faux victorien par une Américaine qui n’y voit que l’aspect « pittoresque » et brode une comédie gentillette et fort peu réaliste, ici une gouvernante d’un flic de Scotland Yard complètement inepte, pour lequel elle résout les enquêtes en douce et à sa place. Ca se laisse lire mais c’est surtout bon lorsqu’on est si fatigué que le cerveau ne marche plus qu’en mode lent…

Bref, ensuite lu un peu de la production de mes petits camarades, à savoir La Stratégie des as de Damien Snyers chez Actusf – moué bof, c’est amusant mais trop peu écrit (des verbes être et avoir par pleines brassées), le côté film de casse transposé en fantasy un peu steampunk est fort plaisant mais ça reste trop léger pour mon goût, plus de la fanfic qu’une littérature aboutie. Enfin c’est court, vite lu, sans prétentions. Lu aussi le deuxième Nabil Ouali (chez Mnemos), et là en revanche c’est de la belle littérature, et en fantasy un projet narratif assez surprenant : alors que tant d’auteurs, comme par exemple Platteau ou Jaworski, « déplient » absolument tout, ce qui conduit à des tomes énormes, Nabil Ouali a au contraire le parti-pris de ne garder, de ne livrer, d’une saga que les scènes essentielles. Et comme il a du talent, chacune de ces scènes clefs sont parfaitement maîtrisées, on saisi bien l’enjeu de l’ensemble sans aucune pesanteur ni longueur, l’effet est même d’une singulière poésie au sein de la fantasy. Seul problème, aucun personnage ne pouvant être développé, ils ne sont que des noms, il manque une dimension peut-être. Mais en l’état je trouve le projet narratif fort intéressant et plutôt réussi.

Court est aussi Eos de GD Arthur, chez Mnemos également. On a un beau début en forme de fantasy pastorale, je n’aurai pas été contre tout un roman comme cela (mais c’aurait été invendable je suppose), puis une scène de violence, puis un développement plutôt sociétale et tendant vers l’utopie, ce qui en fantasy est carrément original (Parleur est le seul autre exemple que je connaisse). La langue est très littéraire – un peu trop maniérée pour moi -, les perso pas assez développés là encore (problème de vouloir faire une fantasy courte) et un gros défaut, le protagoniste est un peu petit con chiant, j’ai beaucoup de mal avec les persos antipathiques. Enfin, le côté un peu mystique ne me parle jamais, mais ça c’est personnel. Pour moi un bon premier roman, ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *