#2397

Disparition d’Yves Bonnefoy, voilà qui m’attriste. Pour ne pas lire beaucoup de poésie, tout de même, j’en lis un peu — et pour préférer largement la prose aux vers, j’ai lu Bonnefoy, bien sûr (et puis Arrière-pays qui est en prose). L’ai même vu en conférence, une fois. Suis finalement heureux d’avoir vu un tel bonhomme, tout comme cet autre vieux génial, Pierre Magnan ; je regrette de n’avoir jamais eu l’occasion de voir Jacques Réda ni Jean Borie, dans mes admirations personnelles d’écrivains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *