#2566

Je lisais à l’instant sur le blog de Christopher Fowler que « The more you look at old films, the more you realise that London passes through distinct cycles, from sumptuous cleanliness to appalling filth. » C’est finalement un cycle par lequel passent toutes les grandes villes, je pense. Et curieusement, autant j’apprécie que Bordeaux soit maintenant largement entré dans sa période « sumptuous cleanliness », en espérant que le haut du cours de l’Yser et tout le cours de la Marne rejoignent enfin ce mouvement… autant j’ai bien au contraire des réticences et bien des regrets concernant Londres, que je vois au fil des années se modifier au point d’effacer la plupart de mes repères favoris. Le canal du Régent est en train d’être transformé du recoin tranquille que j’aimais tant en une autre de ces débauches d’immeubles pour riches et de toc pour touristes ; idem Camden Market, déjà rasé en grande partie ai-je constaté la dernière fois ; le marché de Smithfield, le seul indemne jusqu’à présent, va être en partie transformé en une nouvelle incarnation du London Museum, et que va-t-il advenir de la rotonde qui abritait historiquement ce dernier dans le quartier de Barbican ? Sans parler de la hausse des loyers (et de la montée inexorable de l’illettrisme), qui a fait disparaître la majorité des librairies et bouquinistes de la capitale britannique. Un ami postait l’autre jour sur mon mur FB le strip ci-dessous, qui se moque clairement du style abscons et prétentieux de Iain Sinclair (je désespère de jamais parvenir vraiment à lire ce grand auteur de Londres, hélas), et j’avoue que concernant le « disapproving of gentrification » je suis guilty as charged… et ce non en raison d’un snobisme, comme Sinclair, mais simplement parce que j’ai de l’âge et une mémoire, sans doute…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *