#2588

Un bon coup habituel : le ou la journaliste qui demande à parler à un auteur (et qui imagine, d’ailleurs, que l’on refile ainsi les adresses de tout le monde sans la moindre gêne), ce pour en réalité lui faire plus ou moins rédiger son article à sa place. Plus la feuille de chou est minable (genre 20 minutes) plus c’est pratique fréquente. Oh je dois rédiger un papier sur gngngn ? Notre journaliste de chercher la référence d’un ouvrage en traitant, de ne surtout pas le lire (d’ailleurs, acheter des livres est anathème pour ce type de journalistes, au mieux en demanderont-ils un exemplaire gratuit, même si l’ouvrage est paru il y a une dizaine d’années), de demander le contact de l’auteur (de préférence dans l’urgence, car un bon journaliste ne travaille jamais que dans la précipitation) et d’interroger ce dernier de manière à ce que les réponses constituent l’essentiel du papier pour lequel il sera, lui, le journaliste, payé. En promettant éventuellement de citer l’ouvrage du questionné, ce qui sera fait ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *