#2691

Balayé la terrasse, redressé les pieds de moutarde et de poivron (j’aime beaucoup la manière dont ils s’enlacent), et découvert une plume grise dans un arbuste de sauge. Il faut dire que la tempête de cette nuit fut brève mais d’une grande violence. On respire de nouveau.

Partage
RSS
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *