#2772

Direction Paris pour un aller-retour dans la journée. La température presque printanière pourrait semer le doute mais l’hiver n’est pas achevé, le vert ne s’affiche qu’aux sapins, avec à leur pied l’écume jaune des ajoncs, vive sous le ciel gris. Le reste du paysage demeure pâle et griffu, les branches nues, l’herbe rase, les fougères en une mousse roussâtre. Les pins tendent leur long cou au-dessus des fantômes de bois encore du blanc-rosé du sommeil, les champs sont en pyjama raillé, les vignes des bâtonnets tordus, la caillasse blanche comme os, parfois un petit arbre se couvre de l’éveil de fleurs blanches, d’un minuscule cimetière jaillissent les flèches d’ifs sombres.

Partage
RSS
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *