#2810

Ces temps-ci, j’écris un (court) roman. Il s’agit d’un nouveau Bodichiev, pour les Saisons de l’étrange, donc au moins ai-je un éditeur, ce qui est une assurance confortable — mon roman de l’été dernier n’ayant pas trouvé preneur à ce jour et mes polars jeunesse ne rencontrant que le mutisme des éditeurs, de même que mon recueil psychogéographique.

Bodichiev, deux recueils sont maintenant parus, et ce fut un grand bonheur — une forme de libération, aussi, après tant d’années à n’essuyer que des refus (« C’est des nouvelles », « C’est trop SF et pas assez polar », « C’est trop polar et pas assez SF »…). Ce roman-ci, il a débuté tout d’abord sous la forme d’un synopsis pour une BD que le dessinateur a vite laissé tomber (ça m’est arrivé pas mal de fois) puis comme un autre synopsis, cette fois pour un roman que je devais coécrire avec Ugo Bellagamba, qui laissa aussi tomber. Ayant dormi de longues années dans mes tiroirs, j’ai repris ce projet, en en retirant tous les apports d’Ugo (même s’il était prêt à me les offrir) et en bouleversant la chronologie, distordant peu à peu le synopsis jusqu’à presque en sortir — placer une telle histoire dans le cadre des enquêtes de Bodichiev obligeant bien entendu à beaucoup de changements. Je viens d’avoir l’idée d’une scène « charnière » qui devrait débloquer l’intrigue, je crois, en tout cas résoudre une faiblesse qui me tracassait.

Et puis je prends mon temps, c’est nécessaire car entre chaque séance d’écriture je rumine, je reviens changer ou ajouter des détails, je retouche, et j’avance à petits pas. Être revenu à cet univers uchronique me plaît toujours autant, je m’y sens si bien, et je me permets finalement d’incorporer de petites idées, de micro scènes, des lieux, des ambiances, auxquels j’avais vaguement cogité depuis très longtemps et qui trouvent leur aboutissement sur ces pages. J’en suis par exemple parmi les anarchistes végétariens (don’t ask) et ravi d’y être tant je pensais à ces scènes-là depuis une éternité. Ce n’est pourtant pas grand-chose, mais ça me libère l’imaginaire, comme des bouffées d’images personnelles qui trouvent enfin à se concrétiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *