#2871

Des gongs de bronze n’ont cessé de sonner toute la semaine de l’autre côté des fenêtres et au-dessus des toits, tandis qu’au fond de la petite maison, dans le bloc d’air pâle du bureau, s’agitaient mes collaborateurs, en rires, cogitations et concentration. Et la tempête de souffler, de cogner, les averses de ronfler sur les tuiles, les bruines de trotter sur les vasistas, des masses grises de s’abattre tout à coup dans la rue, précipitations. Et des portes qui battent, le ciel d’alterner entre le coton sombre des heures éteintes, les brèves déchirures de bleu ourlées de blanc et ensuite l’indigo des nuits qui efface le jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *