#2899

Trois nuits avant le déconfinement. Réveilllé par un bond de la petite chatte sur mon lit, je me retourne et j’écoute la ville silencieuse, seulement troublée par le bourdon menu d’une moto qui s’éloigne. Et je m’interroge : il y a-t-il tant de ces sots à deux roues ou bien paye-t-on en fait quelque figurant, pour qu’il fonce ainsi, seul son nocturne, rendant plus concrète la quiétude des nuits urbaines ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *