#2905

Il est bien fini, le silence nocturne du temps du confinement. En mon orée de banlieue enclavée par une tranchée ferroviaire, la nuit est redevenue une houle au fond de laquelle se devinent les grands soupirs des locomotives, les longs grincements des trams et le grommellement automobile, que le mouvement de l’air fait battre comme un souffle de marée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *