#3001

Une bibliothèque n’est pas chose figée, elle ne cesse d’évoluer et, parce que l’espace est fini, j’ai retiré de mes rayonnages pas mal de volumes ces temps derniers, condition sine qua non d’acquisitions nouvelles. L’exercice est intéressant, qui exige de s’interroger sur la pertinence de certains choix et des opportunités de relecture. Pleinement subjectives, ces décisions écartent donc Asimov et Clarke comme des ringards que je ne me vois pas relire un jour, tout en conservant Paul Béra, Algis Budrys, Chad Oliver ou Lloyd Biggle Jr. qui pourtant ne sont pas moins « has been ». Pourquoi avoir gardé du David Gemmell, allez hop. En littérature « classique » prennent un peu plus leurs aises Carco, Colette, Giono, Modiano et Sagan. Et de redescendre en l’espace un peu dégagé des titres « jeunesse » comme Tove Jansson ou Brian Jacques que je préfère voir ici. On bouge, on change, ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.