#4005

Trois quart d’heure penché sur un carnet neuf et la tête « bascule » un peu, surtout un soupçon de nausée monte et je dois arrêter, alors que « Les chats de Battersea » sont à peine engagés – et encore, à la main j’écris très vite, bien plus que sur un clavier. Mais que cet été est frustrant, bon sang de bois. En tout cas, si j’ai peu de mémoire pour les intrigues des romans que je peux lire, j’ai en revanche de la suite dans les idées pour ce qui concerne mes Bodichiev : je viens de voir sur mon blog que les prémisses de cette nouvelle-ci datent d’un jour à Londres de décembre 2011. Et retournant au Sayers en cours, je me dis qu’un petit défaut de mon cycle est de n’avoir que trop peu traité des bords de mer, peut-être. Certes Bodichiev est un pur londonien, mais sur l’archipel britannique la mer n’est jamais très loin. Mouettes et embruns. Je crois n’avoir évoqué le littoral que trois fois, dont deux pour l’étranger (Dubrovnik dans le recueil en cours d’impression et Biarritz qui clôturera le dernier). Je viens par conséquent de rédiger sur l’iPhone un petit paragraphe, première accroche pour le futur « gros roman » envisagé pour lorsque j’aurai enfin bouclé les trois volumes actuellement en fin de travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.