#5164

Participer à la création d’une librairie d’imaginaire à Bordeaux, la Librairie du Basilic, c’est non seulement une belle aventure et une vraie excitation intellectuelle et entrepreneuriale, mais cela me procure également de nouvelles et fort appréciées occasions de plus me rendre en centre-ville. Et je ne m’en lasse pas, de cette ville, décidément. Rien que de prendre le bus depuis chez moi jusqu’à la place de la Victoire, par le nouveau trajet que provoquent les monceaux de travaux un peu partout, c’est un plaisir : regarder défiler les façades (plus ou moins) beiges, observer les entablatures, les embrasures, les frontons, les fermes, les houteaux, les moulures, les portes, parfois un acrotère ou même des lambrequins et en tout cas les infinies variations des bandeaux — tout le vocabulaire minéral de la ville, que l’on ne regarde pas assez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.