#2357

« Il suffit que dans le plein des choses, nous ménagions certains creux, certaines fissures — et dès que nous vivons nous le faisons — pour faire venir au monde cela même qui lui est le plus étranger : un sens. » (Merleau-Ponty, La Prose au monde)

 

#2334

 

« Il faudra prendre conscience un jour, et vraisemblablement ce jour est-il proche, de ce qui manque avant tout à nos grandes villes : des lieux calmes et vastes, d’amples dimensions où méditer […] des édifices et des jardins qui expriment comme un tout la sublimité de la réflexion et du cheminement à l’écart. » (Nietzsche, Le Gai savoir, 1882)

 

#2290

Le texte ci-dessous n’est pas de moi, mais de mon camarade Jean-Luc Buard.

Un peu d’Histoire

En cette année 2012, la Bradocon XX (bis) a été couplée avec la Red Deff Con I, en hommage à l’un des Maîtres du Fandom, Roland C. Wagner, disparu dramatiquement. Celui-ci, en compagnie de ses complices, avait créé et animé, pendant de nombreuses années, les Microcons, qui étaient, comme leur nom l’indique, des micro-conventions de SF, c’est-à-dire des réunions où un nombre plus ou moins important de fans de science-fiction (rarement moins d’une dizaine) se rassemblaient dans des espaces les plus variés, généralement étroits. La richesse de contenu de ces réunions est difficile à retracer. Un de leurs aspects les plus authentiquement « wagnérien » est leur côté iconoclaste et parodique, un aspect sciemment mis en avant par Roland et sa bande de copains. Il s’agissait de détourner ou de démarquer les Conventions de science-fiction « sérieuses » qui avaient lieu par ailleurs (elles-même déjà des lieux décalés, mais pas assez à ses yeux, et parfois fréquentées par des cranks…), de les moquer et de les tourner en dérision. Ce n’était pas leur seul intérêt ni le principal, celui-ci résidant surtout dans le côté convivial et détonnant de ce type de réunions où l’esprit de dérision rivalisait avec l’animation des uns et des autres, qui variait en fonction du nombre de bières ingurgitées ou de vannes proférées dans des concours interminables.

La première Microcon a eu lieu chez Roland « Convention » Wagner, le 9 octobre 1982, dans sa chambre de l’appartement familial de Clamart. Plus tard, il transporta les lieux de réunion, en fonction de ses déménagements, de Garches à Suresnes, ou dans divers autres endroits improvisés. Une légende à confirmer dit qu’une véritable Microcon devait réunir, au minimum, Roland C. Wagner et André F. Ruaud dans le même espace-temps. Il y eut des Microcons partout en France, comme d’abord à Longpont-sur-Orge, chez Michel Pagel, puis à Lyon (chez André-François Ruaud), Elancourt (chez Xavier Legrand-Ferronnière), et même à Toulouse (chez Cathy Martin) en 1987.

Lorsque les Microcons eurent lieu dans le Nord, à Roubaix (chez Philippe Caille), puis à Villeneuve d’Ascq (chez Christine Luce et Fabrice Debaque), en la présence puis en l’absence de Roland C. Wagner,  il fut décidé que dans ces derniers cas, la réunion ne pouvait pas faire partie de la série numérotée des authentiques Microcons (numérotation qui prêta d’ailleurs rapidement à d’âpres controverses…), mais qu’une nouvelle entité devait être créée. Cet événement eut lieu lors d’une des séculaires Braderies de Lille, le premier samedi du mois de septembre, qui réunissait des groupes de fans à la fin des années 80 et au début des années 90. C’est ainsi que furent créées les Bradocons (par Christine et Fabrice qui voyaient débarquer chez eux à date fixe, tous les ans, une foule de fans bradeux), à une date difficile à déterminer en l’absence d’archives dûment conservées, mais au début des années 90. Les Bradocons perpétuaient l’esprit des Microcons mais en l’absence, déjà, de Roland C. Wagner. Elles forment une suite ininterrompue depuis vingt ans de réunions conviviales animées par Christine et Fabrice, d’abord à Villeneuve d’Ascq (ou à Roubaix, alternativement) puis à Baizieux (chez Philippe Caille) et enfin, depuis 2000, à Flers-en-Escrébieux, dans des locaux désormais plus spacieux.

Traditionnellement, la Bradocon s’articule sur une exploration méthodique et néanmoins ludique de la grande Braderie de Lille, envisagée dans ses aspects les plus ou les moins science-fictionnels. L’espace démesuré représenté par cette Braderie, la plus grande de France et même d’Europe et peut-être du Monde, est propice aux découvertes extraordinaires, aux rencontres inattendues entre fans (comme le regretté Claude Herbulot qui aimait s’y balader, ou le sympathique Michel Decuyper, fan de Burroughs, qui y tenait un stand chaque année), aux coïncidences bizarres, aux trouvailles mirobolantes de documents les plus improbables et les plus pittoresques. C’est un espace où l’impossible voisine avec le banal, dans un mélange stupéfiant, qui s’offre à qui sait voir et prendre le temps de flâner et de regarder avec son troisième œil grand ouvert. C’est un espace ludique, fantastique et déroutant à la fois, que le fan de SF se doit de connaître et de parcourir. Objets, images, livres, magazines, disques, fringues, fatras, tout s’entasse et s’entrechoque dans cet immense déballage – ce bordel gigantesque aurait dit Roland…

Celui-ci était, naturellement, un adepte inconditionnel des puces, des foires à tout, des brocantes et des braderies, où il pouvait trouver, chiner, glaner, disques ou bouquins pour compléter ses collections – à moindre frais.

C’est pourquoi il fut décidé qu’à l’édition de 2012, à la suite de la disparition tragique du fondateur des Microcons, serait associée une réunion, dénommée en son hommage Red Deff Con. Nous espérons ainsi, modestement, perpétuer le souvenir de ce fan authentique et de ce véritable inconditionnel de la science-fiction qu’était Roland « Convention » Wagner, dont la vie a consisté, envers et contre tout, à vivre sa passion inextinguible pour la musique et la science-fiction.