#2408

Même sous la grisaillante immobilité d’un ciel dominical, en creux d’été, une vie minuscule s’agite toujours au jardin. Les têtes menues de la bourrache et du basilic percent, neuves. Une première fleur d’un jaune vibrant orne le petit pied de cornichon. La boule noire et or d’un bourdon vient téter les clochettes rouges d’une sauge, le vol hésitant d’un citron clignote un instant auprès du palmier, derrière moi une épeire semble suspendue dans l’air vert des buissons. Une coccinelle vient de se poser sur mon genou, du rouge sombre d’une goutte de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.