#2512

Finalement, Macron c’est le syndrome de Tintin : un personnage lisse et creux, générique, que chacun peut donc remplir de ses attentes, un écran vide où l’on se projette. La ligne claire de la politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.