#145

C’est grave docteur?

Londres, j’y pense… tout le temps. Littéralement. Je suis un peu cinglé, oui, je sais. Tout le temps, donc — et en particulier dés que je m’ennuie un petit peu, genre une tache routinière & répétitive à exécuter à la librairie, pouf, j’ai une « bouffée de Londres » qui me remonte en tête… Une ambiance, un lieu, un décor… J’ai l’impression d’avoir Londres en permanence au bord de la conscience, affleurant régulièrement. Londres comme fugue, comme paysage interne, comme utopie personnelle…

Bon, à part ça — quoique un peu Londres quand même: suis en train de lire Or not to be, le nouveau Fabrice Colin (avec en couv une belle illus de Maxfield Parrish, rien que ça! Veinard Colin, qui en n’étant pas étiqueté « fantasy » chez l’Atalante échappe aux croûtes boueuses de leur peinturlureur habituel).

Fasciné. Sous le charme. Quelle beauté & quelle force! L’est doué le Fab.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *