#184

Lu: The Watch de Dennis Danvers.

En 1921, un homme étrange apparaît à Peter Kropotkin alors que ce dernier est en train de mourir. Cet homme étrange affirme venir d’un lointain futur et propose un pacte non moins étrange au prince anarchiste: renaître à une autre époque que la sienne. Une nouvelle vie! Kropotkin n’hésite pas une seconde — il accepte. Et se retrouve promptement dans son corps rejuvénisé, à bord d’un avion en l’an 1999. Simplement muni d’une carte de séjour américaine habilement fabriquée & de fort peu d’argent liquide, Kropotkin va devoir se débrouiller. Sa destination? Richmond.

J’ai été sous le charme d’un bout à l’autre, subjugué & passionné par ce roman au « feeling » peu courant. Le Kropotkin mis en scène par Dennis Danvers n’a rien d’une marionnette (justement): c’est un homme de chair & de sentiments, aussi crédible qu’attachant. Ce beau roman est en quelque sorte un croisement du Facteur de David Brin & du En approchant de la fin d’Andrew Weiner: il y a la volonté utopiste & la gentillesse du Brin (mais sans rien de sa mièvrerie & du simplisme politico-américain de son très mauvais roman!), l’inéluctable crescendo temporel & la finesse psychologique du Weiner (mais sans l’essentiel de son désespoir).

Car c’est bien d’un roman utopiste qu’il s’agit — et s’il est volontiers « gentil » (car c’est dans la nature de son héros central), en tout cas globalement positif dans sa démarche, il n’est jamais simpliste ni américano-centriste. Et encore moins américano-triomphaliste! Il me semble même assez étonnant de voir un écrivain américain actuel faire preuve d’autant de lucidité sur sa société: les opinions qu’il convie seraient plus attendus chez un journaliste du Monde Diplo que chez un citoyen US…

Et cependant, pas d’outrecuidance, pas de lourde démonstration chez Danvers/ Kropotkin. Le style est simple (au présent, pour une raison exposée à la fin du roman), le récit relativement linéaire, les idées exposées avec l’air de ne pas y toucher… Même lorsqu’elles touchent à un problème aussi crucial que celui des prisons (la population des États-Unis représente 5% de la population mondiale, mais 25% des prisonniers du monde le sont aux États-Unis… l’esclavagisme est décidément au cœur de ce roman: celui des serfs de la Russie d’autrefois, celui des Noirs d’avant la Guerre de Sécession, et celui des prisonniers américains).

Une œuvre au charme simple mais puissant, de la « speculative fiction » de la meilleure eau: il est très plaisant de constater que la SFUS peut encore livrer un roman aussi remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *