#404

Dans la ville dominicale immobile, seul l’air bouge, tiède & apaisant.

Un couple de vieilles personnes passe à pas lent, visages pincés, froncés, froissés. « Mais ce n’est pas toujours fonctionnel », dit la dame. « Ah mais ils s’en foutent », répond le monsieur. Les fameux « ils ».

Les paradoxes habituels du printemps : lilas & glycines généreusement en fleurs, certains arbres amplement verdoyants tandis que d’autres poussent à peine leurs premières tiges tendres. Dans un jardin, les lourdes feuilles d’un marronnier qu’agite le vent m’évoquent une rumeur d’océan.

Marcher, juste pour marcher — for the sake of it, so to speak. Le coeur calme, la tête un peu atone. En se fixant des buts arbitraires : tourner dans telle rue jusqu’au jardin que l’on aperçoit, là, tout au bout ; un clocher gris qu’il s’agit d’atteindre ; une pente au dos rond au-dessus des toits rouges… Finalement les pas avancent, se perdent, jusqu’en haut de la colline, où après la litanie des prénoms d’une pseudo-monarchie locale (Eugénie, Constant, Camille, etc), puis la prétention sophistiquée d’une enfilade de poètes (Vigny, Musset, Chénier) ; après la bourgeoisie à la fois séduisante & vaguement ennuyeuse des petites maisons & des beaux jardins qu’on devine ; dominent soudain deux utopies : le gris hautain & les angles cassants d’un groupe scolaire aux allures de temple de la laïcité ; et épousant les courbes en espaliers charmants & dérisoires, les jardins communaux.

Caché au revers d’une pente herbue, sur un banc de béton verdit sous les arbres, moment immobile, secret, un peu de lecture & un peu d’écriture, avec le sentiment de se blottir dans une douceur urbaine insoupçonnée. Une pie va-et-vient un peu plus bas, endimanchée de noir et de blanc comme si elle était le majordome des lieux.

Place & rue Charles Dufraine : un sculpteur, mort en 1900. Décidément, un peu d’art pulse dans ces artères, alors que d’ordinaire on se dédie guère une telle topologie qu’à d’obscurs politiciens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *