#949

Ce n’était pas prévu: ces jours-ci, comme je scannai et récupérai en OCR la traduction du roman L’Été-machine de John Crowley, à paraître en mai chez les Moutons électriques, tâche ô combien peu exaltante et routinière, je me suis forcément interrogé sur la manière dont présenter un tel texte. Et, après une éclairante discussion avec mon coloc, qui est aussi le gérant de la maison d’édition, je convins que je devais rédiger une préface.

Je suis donc en train de m’y atteler — et avec grand plaisir: j’aime écrire des textes de réflexion sur les littératures de genre, et improviser un article sous le coup de l’inspiration du moment m’est souvent très bénéfique (je considère ainsi la préface au premier recueil de Swann chez Folio-SF comme ce que j’ai écrit de mieux, alors qu’elle fut rédigée dans l’urgence et sans longue préméditation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *