#1258

Je n’aime pas tellement cette (dé) fête de la musique. Je crois trop aimer la musique pour supporter tant de massacre, tant de bruits hideux. Remarquez, hier soir j’ai été écouter un peu le trio de mon ami Piway et c’était très bien, de la pop joliement troussée sur deux guitares acoustiques et une basse. Mais après j’ai du supporter, de chez moi, les vagissements affreusement faux d’un groupe sur la petite place. Beuh.

3 réflexions sur « #1258 »

  1. La foule que cela draine chaque année, en plus de me dissuader, me fait me joindre peu à peu à ceux qui regrettent que, finalement, ça contribue à masquer un certain manque de structures et/ou d’opportunités le restant de l’année.
    Mais je ne peux pas m’empêcher de faire un petit tour en début de soirée, avant la foule. Le plus souvent pour constater que de toutes façons, je ne louperais pas de groupes qui, par bonheur, joueraient un de mes styles préférés 🙂

  2. Hier soir, gare Montparnasse, un groupe de quatre jazzmen, pas mauvais,avait une sono qui s’entendait à des kilomètres, passer à côté était assourdissant. Et il y avait des gens qui étaient là, scotchés. Sont-ils rentrés sourds chez eux ? Pourquoi tant de bruit : devant 50 personnes, on n’est pas dans un stade !

  3. Je me permettrais un lien vers un excellent site (je peux, c’est pas le mien 😉 )
    C’est le site de Catherine Kintzler, professeur de philosophie à Lille III.
    Elle a signé, l’année dernière, un petit billet d’humeur sur la fête de la musique, nommé « L’idiotie des guitares »…
    C’est ici

    (par ailleurs son blog est un bon moment de lecture, faites-y un tour)
    (pour vous donner envie, sachez que c’est une prof d’esthetique qui n’hésite pas à citer Dick comme Corneille, Diderot comme Asimov, dans ses cours !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *