#1442


Firenze / 6 (où le capitaine se découvre un goût pour le baroque)

Bellissimo, il Duomo! Écrasant de beauté, en fait. Littéralement. Impressionnant édifice, tout couvert de marbre, une présence sublimement graphique qui domine les rues alentours tel un paquebot figé en pleine terre. Il a aussi quelque chose d’un Arlequin, en tout cas d’un personnage de merveilleux: tout ces dominos, les uns au-dessus des autres! Comme un costume près à cliqueter et tintinnabuler au moindre mouvement. Splendide parure — et ce n’est que cela: à l’intérieur, la cathédrale Santa Maria dei Fiori n’est jamais que l’équivalent Renaissance du hall de gare. On y va pour admirer les peintures, je suppose. Peu sensible que je suis aux tableaux de la Renaissance (ceci est un doux euphémisme), et comme de toute manière ceux-ci sont plongés dans une perpétuelle pénombre, je préférai San Gaetano, une petite église qui pour ne pas être commentée par les guides, offre, lorsque l’on pousse le grand rideau doré de sa porte, la vision étonnante d’un intérieur purement baroque: tout en caissons et décrochements anguleux, et entièrement noire, sous une voûte blanche, avec seulement quelques discrètes dorures aux environs de l’autel.

(à suivre, encore)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *