#1951

C’est déjà presque fini mais qu’est-ce que c’était beau: ces derniers jours, les feuilles des arbres avaient adopté leur symphonie d’automne. Un spectacle si fascinant que j’ai plusieurs fois effectué le petit détour par le square pas loin de chez moi, afin de profiter de ces jaunes lumineux sous le ciel gris, qui faisaient de chaque feuille comme une grosse pièce dessinée pour un album d’enfant ; et de ces rouges, plus rares, vibrants contre le fond de verdure gonflée d’humidité. Dans la petite rue du marché, les érables parsèment le trottoir de leurs étoiles, ça aussi j’adore, chaque année ça m’enchante. Je me souviens que j’avais essayé de capturer un peu de cette beauté naturelle, une fois, en scannant des feuilles pour décorer l’envers de la couverture de Janua Vera première édition. Réflexe d’éditeur: je ramène souvent mes coups de foudre esthétiques à des envies de couvertures de livres…

Par coïncidence, j’ai aussi regardé sur écran une production hyper-esthétisante: les Wallander avec Kenneth Branagh dans le rôle principal. Castings impeccables, décors étonnants (du moins pour moi qui ne connais pas du tout la Suède), et une photo, oh bon sang, on peut avoir une image aussi belle à la télévision? Renversant, vraiment.

1 réflexion sur « #1951 »

  1. L'automne est vraiment une saison enchanteresse par ses couleurs. MA préférée, assurément. Je regrette beaucoup de ne pas pouvoir en profiter à cause de la pluie. Averse sur averse depuis plus d'une semaine, y en a marre 🙁

    Je ne connais pas les Wallander, mais je vais me renseigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *