#1973

Lectures de fêtes? Eh bien, tout d’abord Chronic City de Jonathan Lethem. Ayant débuté dans le domaine de la science-fiction, cet auteur est maintenant considéré comme l’une des voix les plus intéressantes de la littérature américaine contemporaine (me suis-je laissé dire). Mais cela ne signifie pas qu’il ait abandonné ses premières amours: en fait, ce roman montre comment fonctionne la stratégie de la « contamination » qui est le nouveau stade d’évolution du genre. Car de la science-fiction, il y en a des aspects dans cette Chronic City, située dans un futur proche. Notamment le sort de la petite amie du narrateur, astronaute bloquée à bord d’une station spatiale américano-russe à moitié en panne et bloquée dans un champ de mines spatiales chinoises. Pour le reste, le quotidien hyper-protégé du narrateur ne nous revèle que par bribes des détails du monde… Car il ne sort guère de l’Upper East Side, cet ancien acteur-enfant menant une existence oisive entre cocktails mondains et discussions avec son excentrique copain Fergus. Je ne sais pourquoi, dans mon esprit le narrateur a les traits de Rupert Graves — ce qui n’est pas très gentil pour cet excellent acteur, pas si has been.

Cherchant ce que je pourrais lire, j’ai commencé Chronic City et au bout de quelques pages j’étais déjà accroché. C’est la force de la bonne littérature. Et bon, Lethem l’est sacrément. Je ne sais toujours pas, à mi-parcours, où il va avec ses histoires d’aigles nichant sur la façade d’un gratte-ciel, de tigre géant ravageant l’Upper East Side, de vases inspirant des sentiments mystiques et de collectionneur autiste d’anecdotes sur Marlon Brando… mais c’est infiniment délectable, un portrait amusé d’un certain Manhattan, une balade faussement nonchalante dans New York.

Autre lecture de fête, le premier tome de l’intégrale Carl Barks parue chez Glénat Disney. Je n’ai jamais eu la fortune nécessaire à l’acquisition de l’intégrale américaine, au prix sidérant, et j’apprécie donc cette jolie initiative française, fort soignée. Les traductions sont bonnes (l’ami Jean-Paul Jennequin, toujours sur les meilleurs coups, est crédité de la trad des textes d’intro, mais ceux des histoires ont-elles été revus?), les couleurs refaites, les commentaires érudits, l’objet soigné (format comics, relié en intégra avec tranche-fil) — et le génie de Barks toujours aussi réjouissant. Graphiquement comme narrativement, c’est un bonheur, et je suis chaque fois épaté par la manière dont des auteurs aussi prolifiques que Carl Barks ou Georges Chaulet, par exemple (l’auteur de Fantômette), parviennent à se renouveler en permanence, à explorer des nouvelles idées, alors que leur torrentielle production s’appuie sur des figures aussi fines que la famille de Donald Duck ou une jeune justicière de banlieue… En tout cas, l’éditeur annonce quatre autres tomes déjà en 2011 et le début d’une intégrale des Mickey de Floyd Gottfredson, pourvu que pour une fois la maison Glénat ait de la suite dans les idées…

Enfin, je lis également de l’Edgar Wallace, auteur populaire ô combien british mort en 1932. The Casefiles of Mr J. G. Reeder, de très amusantes nouvelles policières datant de 1925, sur un petit enquêteur anciennement spécialisé dans les affaires bancaires, à l’allure effacée et inoffensive mais à l’esprit tortueux. J’en ai profité pour regarder des épisodes de la deuxième saison de la vieille série noir et blanc qui en constituait l’adaptation — savoureuse, elle aussi, avec le même humour pince-sans-rire que Chapeau melon et bottes de cuir.

5 réflexions sur « #1973 »

  1. « Autre lecture de fête, le premier tome de l'intégrale Carl Barks parue chez Glénat Disney. »

    Tiens, je me suis fait le même cadeau de Noël. Le volume est très agréable, et la bonne surprise du nom de Jennequin dans la page de titre n'a fait que rajouter à mon bonheur.

    Joyeuses fêtes !

Répondre à bart Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *