#2440

Enchevêtrement des aiguillages et des caténaires, le fatras technologico-fascinant d’une emprise ferroviaire l’œil ne peut suivre toutes ces lignes. Chaque fois que je passe devant la voie, à deux pas de chez moi, je suis sous le charme. Il y a quelque chose dans les trains et les voies ferrées d’intrinsèquement captivant, ce sont des espaces où friche industrielle et mouvement du voyage se mêlent, l’immobilité et la vitesse, le silence et le grondement. Sorti à l’instant juste pour déposer du courrier dans la boîte aux lettres de l’autre côté du pont, je suis resté encore un moment à contempler ce spectacle, et à savourer la délicieuse sensation d’étrangeté que je ressens à me trouver là, dans une nouvelle vie, dans un nouveau décor.

IMG_1561

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *