#2441

C’est la faute à Franquin : j’ai un fort faible pour le design et l’architecture des années 50-60 du siècle dernier. Les villas modernistes des Pirates du silence, les fauteuils de chez Spirou, les vases et lampadaires de chez Modeste, la Turbotraction, les créations intégrales de Zorglub… Franquin était un esthète parfaitement inscrit dans son époque. C’est donc avec un plaisir certain que j’ai vu naître ces dernières années la mode du « vintage », portant la déco et le mobilier fifties-sixties (et seventies aussi, pour faire bonne mesure) aux devantures des brocanteurs et poussant à des rééditions de modèles de ces décennies. Soudain, on peut de nouveau acheter du design 50-60, et j’en profite. Je pousse même la perversion jusqu’à apprécier l’architecture de ce temps, qui commence à être réévaluée, mais le travail à faire pour cela demeure considérable. Depuis les atroces années 80, il est devenu de bon ton de dénigrer les créations des trois décennies précédentes, et c’est un réflexe de mépris profondément inscrit dans le « bon goût » ordinaire.

Que penserait alors la bonne dame de la Poste qui, tout à l’heure, m’expliquait combien le bureau du boulevard Bosc est atroce, « on croirait un bâtiment soviétique » me disait-elle, « et il y a de l’orange partout ! », si elle savait combien la mode est au « vintage » et combien l’orange n’a rien d’une maladie fâcheuse ? Je l’ai vu, ce bâtiment, justement, et il aurait mérité d’être rénové et rendu encore plus dans toute sa déco sixties. Au lieu de quoi la Poste a fait construire un nouveau bâtiment un peu plus loin, dont j’espère au moins qu’il est architecturalement un peu inspiré, pas une bête boîte grise sans caractère. Mais c’est bien ce qui lui déplaît, à la postière : le caractère sixties, les traits saillants de la déco de cette époque. Et tandis que chacun de déplorer la bouche en cœur les destructions autrefois du patrimoine Art nouveau, c’est tout à fait gaillardement que l’on continue d’abattre le patrimoine 50-60 et 70, comme si durant ces trente années tout n’avait que désastres à oublier et vilipender.

En chemin vers cette Poste de Bègles (flambante neuve et sans aucun caractère, la gentille « conseillère pro » doit aimer), j’ai remarqué quelques enseignes qui, un jour ou l’autre, seront détruites, typiquement le genre de choses qu’il faudrait pourtant songer à sauvegarder. J’aime particulièrement ces enseignes d’un commerce disparu, celui de la photo. Et une fois de plus le réflexe franquinien prend le dessus, éveillant en moi des souvenirs du photographe de Champignac dans les Petits formats.

IMG_1564 IMG_1566IMG_1565

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *