#2444

En dépit des ondées, hier ressentant le besoin de faire une pause après un marathon de cinq jours pour boucler les 400 pages du grrrros essai pour Mnémos (réédition d’un livre sur la science-fiction que j’avais fait avec Raphaël Colson il y a quelques années, retravaillé et complété, à sortir en avril), hier donc, je sortis de chez moi, ouiiii. Je me suis donc promené mi à pied mi à tram, en essayant de ménager mon dos coincé et crispé, au bord du lumbago. Il y a pas mal d’années de cela, j’avais fait à Londres une petite folie : je m’étais acheté un parapluie. Ah mais non, pas n’importe lequel : un pépin de chez James Smith & Son. Robuste et garanti à vie. Eh bien, je ne l’avais jamais autant utilisé que depuis que je suis à Bordeaux. Et en repartant du café où je venais de faire connaissance de mes consœurs de chez Mirobole, je remarquai avec amusement que la dame devant moi s’abritait sous un parapluie blanc et bleu frappé du nom de Mollat, l’über librairie locale. Quand on vous dit qu’il pleut, à Bordeaux ! La grande librairie vend même des parapluies à son nom !

La déception fut tout de même un peu de ma randonnée : je voulais aller voir le nouveau quartier New York, sur lequel j’avais lu un article dans un mag d’archi auquel je suis abonné. Las : alors que l’architecte évoquait une fusion douce des espaces publiques et privés, le résultat dans le réel est bien différent. Une immense grille fermée et tout autour de la résidence des petits mots paranoïaques semés de « interdiction », « sécurité », « fermeture ». Et le nouveau quartier de Bordeaux Maritime, également vu dans le même magazine quelques mois avant n’est pas mieux : bouclé, cadenassé, on n’entre pas. Ce nouvel urbanisme éco-machin érige dans la ville des bastions bourgeois qui, de toute leur hauteur, toisent avec morgue les petites maisons populaires qui les entourent. Il a sale mine, l’urbanisme contemporain à la sauce Juppé.

8 réflexions sur « #2444 »

  1. Le « à la sauce Juppé » me paraît excessif. Ce n’est pas Juppé qui exige le côté bunker, mais les propriétaires paranoïaques (et, il faut bien l’avouer, trop souvent victimes de vols).

    • Réponse typique d’un électeur de droite, hein? 😀
      Juppé n’exige pas, il laisse faire, il laisse l’espace public être refermé en cités closes alors qu’il pourrait choisir de légiférer dans un autre sens. L’aménagement public est de la responsabilité des élus, ça n’a rien de neutre. Et en passant, Bordeaux est l’une des grandes villes de France où il y a le moins de construction de logements sociaux.

  2. Boujou AFR,

    (si c’est pas trop tard) Y’a un bug dans le bouquin (p. 92) qui va être réédité : dans « l’Homme à l’oreille cassée » de E. About, le colonel desséché par un savant prussien n’est naturellement pas anglais mais français ; la méprise avait fait sourire Roland dont j’attends la sortie des oeuvres raisonnables en avril avec impatience ;D ++

    • Il n’est pas encore trop tard mais faut que tu m’explique: dans quel bouquin, quoi, où? cite-moi la phrase a corriger, car je n’ai pas dispo immédiatement les éditions d’origines, je n’ai que les textes corrigés et mis en page pour la rééd (mes bouquins sont en cartons).

  3. je pensais que tu évoquais « science-fiction, les frontières de la modernité », par R. Colson & ta pomme, chez Mnemos, 2008, ISBN 978-2-35408-040-2 ; c’est pas ça la réédition sus-mentionnée ? si c’est bien ça, le bug se trouve dans le paragraphe (p. 92) commençant par « Edmond About (1828-1885) est français. Très curieusement, il publie en 1862 rien moins que trois romans de conjecture rationnelle » etc. Faut remplacer « où un colonel anglais est desséché » par « où un colonel français est desséché ». Ça se trouve dans « deuxième partie… >> 1864-1914… >> B/ 1864-1886 »

  4. arf, ce sera pour la prochaine rééd alors ;D (j’avais vu 2 ou 3 autres bugs mais celui-ci était le seul que j’avais marque-pagé)

    j’espère que les oeuvres raisonnables du rcw seront au moins aussi bel objet-livre que la poupée aux yeux morts ; j’arrive trop tard pour la correction des jeux de maux de têtes

    hop, je t’offre un thé dans le service du même métal

    ps : j’ai déniché une planche contact n&b pourrave, genre microcon avec le jouanne, le roro, le pj thomas, ta pomme, Jean Passe et des meilleurs… je te ferai signe si je remets la main sur les négatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *