#2404

Le soleil déclinant transforme le ciel en un vaste bol de cuivre. Quelques pas dans les rues calmes, pour le plaisir de marcher. De l’autre côté des voies passe une motocyclette, pétant, claquant, bullant. Son conducteur s’arrête au carrefour, traverse en poussant à pied son vieil engin. À ma surprise, il remonte dessus pour descendre vers la gare tout pétant, claquant, bullant, comme dans un film de Tati. Le train qui passe soulève un grand bruit de tempête, un souffle d’océan métallique et sec. De par les rues court le vent, le vrai, qui susurre dans les branches. Un tintement dans le lointain, quelqu’un qui laisserait tomber une petite cuillère sur les pavés. Au carrefour suivant, « Bouge, bouge, mais vite ! » aboie une mégère à son cabot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *