#2417

1978 : j’avais quinze ans, j’étais au collège, j’avais cessé de lire les « Bibliothèque rose » pour plonger dans Bob Morane, le Fleuve Noir « Anticipation » et mes premiers J’ai Lu SF… Hier matin à la brocante, j’ai déniché l’un des six volumes de Fantômette qui me manquent encore. Fantômette et les 40 milliards, datant de 1978. Je l’ai lu cette nuit, avec le plaisir habituel, cette douce jubilation d’une lecture familière et humoristique, pleine de sottises ficelesques et de rebondissements fantômettiques. Et je me souviens qu’étant môme, j’avais conçu une véritable obsession pour Fantômette, les lisant et relisant, intégrant certaines des expressions de Chaulet dans mon vocabulaire (et par là, dans celui de ma famille), allant jusqu’à estimer que les deux coiffeurs, au rez-de-chaussée d’un de ces grands immeubles en courbe typique de ces années 1960, ressemblaient terriblement au prince d’Alpaga et au Furet… Maintenant, je les relis, le soir, et les trouve toujours pétillants, variés, impertinents, il était fortiche monsieur Chaulet, toujours drôle, et Françoise demeure mon héroïne de cœur. Mais la grande Ficelle aussi !

1 réflexion sur « #2417 »

  1. Pour en avoir relu plein ces dernières années – presque tous aussi, même si notre collection est moins complète que la tienne – j’ai l’impression forte que M’sieur Chaulet écrivait ses intrigues sans en connaître la fin, se jetant en avant à chaque chapitre. Des fois ça passe, d’autre fois ça glisse.
    Quand l’histoire ne tient vraiment pas debout, les jeunes lectrices froncent les sourcils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *