#2468

« Il a fait pour les cieux immenses la petitesse des oiseaux »… Au-dessus des rues nocturnes, invisibles dans le ciel sombre d’automne, passent des vols de grues, klaxonnantes, cancanantes, grinçantes, comme une longue chute de casseroles qui rebondirait par dessus les toits, ou des canards qui tomberaient en vrac de la lune… puis le vacarme des volatiles diminue dans le lointain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *