#2567

Je marche beaucoup, en ce moment. Trois petites sorties rien qu’aujourd’hui, pour essayer de m’éclaircir la tête. Jamais loin, le quartier, le boulevard,les barrières, la gare, Nansouty… Le meilleur moment : l’heure entre chien et loup, lorsque l’éclat déclinant du ciel lutte avec les alignements oranges de l’éclairage municipal, que le visage blond des maisons se maquille de frais, que les grillons commencent à crisser dans l’échancrure ferroviaire, que les squares clos s’envahissent d’ombre, que les vélos passent en un souffle et les voitures en une ribambelle de lumignons. L’été m’est toujours plus difficile, besoin de marcher pour relâcher un peu de la pression de la solitude, et les crises d’angoisse qui vont avec. Cueillies quelques graines de rose trémière, dans l’espoir chaque fois déçu qu’un jour, l’une ait le caprice de pousser dans mon jardin plutôt que sur les trottoirs. Récolté aussi pas mal de pourpier, afin de le replanter dans un bac — des provisions pour futures salades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *